SCOT enquête publique – pièce 0 : note de présentation

Dossier d’Enquête Publique
Synthèse d e la pièce 1 : Note de présentation

La carte de conclusion ( voir ci-dessous) semble plus proche de l’état des lieux que d’une perspective. Les pôles secondaires sont tous, sauf Montcuq, reliés à un pôle plus important quitte à traverser les frontières du département. N’est-ce pas de l’hyper-centralisation. ? Ne vaudrait-il mieux pas groupes les pôles secondaires entre eux pour contre-balancer la capitale locale ? La complémentarité avec Cahors est clairement à sens unique. Les pôles concernés ne garderont que logement et service minimum face à Cahors déjà saturée dans sont fonctionnement ( circulation, accès, commerce).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rappel, nous ne sommes que tout au début du dossier……

 

…… d »ailleurs, en voici le sommaire :

Dossier d’Enquête Publique

Pièce 0 : Note de présentation

Pièce 1 : Dossier d’arrêt

Actes administratifs

Rapport de Présentation

Projet d’Aménagement et de Développement Durables

Document d’Orientation et d’Objectifs

Pièce 2 : Avis des PPA et autres avis

 

Publicités

Enquête publique SCoT de Cahors et du Sud du Lot

Késako ?

Un épais dossier sur une table à l’accueil de la mairie, des centaines de pages, des cartes, répartis dans de jolies chemises vertes. Il y restera jusqu’au 6 décembre 2017 à 17h30.

https://www.scot-cahors-sudlot.fr/-Enquete-publique-

Mais on peut aussi accéder au dossier dématérialisé :

https://www.registredemat.fr/scot-cahors-sudlot

à la condition d’avoir un écran 45 pouces pour bien visualiser les cartes présentées.

 

 

Quand on voit l’état de nos poubelles…

toutes initiatives sont bonnes à prendre.

https://lareleveetlapeste.fr/gagner-de-largent-recyclant-supermarches-bretons-se-lancent/

Gagner de l’argent en recyclant : des supermarchés bretons se lancent !

En Bretagne les premiers collecteurs de bouteilles en plastique sont lancés afin d’encourager le recyclage pour les particuliers.

Cancres européens du recyclage

En termes de recyclage, la France est très en retard. Nous le savons, trop de personnes ne font toujours pas la différence entre la poubelle verte et la poubelle jaune, des dizaines de kilos de déchets sont jetés par jours, on jette ses cigarettes sur le trottoir, ses papiers sur les aires d’autoroutes et on laisse ses poubelles dans la rue. Bref : nous sommes carrément nuls et nous nous classons à la 21ème place européenne en ce qui concerne le recyclage du plastique (moins de 20% du plastique consommé en France est recyclé).

Formule gagnante

Seulement, malgré ce constat déprimant, les initiatives publiques et privées se multiplient. L’une d’entre elles n’est autre que le recyclage qui rapporte de l’argent, une méthode inspirée de notre voisin allemand. Les supermarchés installent des collecteurs de bouteilles en plastique et en verre, les consommateurs déposent leurs déchets, ils reçoivent un bon d’achat en échange, les matériaux sont recyclés et hop la boucle est bouclée ! Chaque bouteille de 50 cl rapporte 1 centime et celles de 1 litre rapportent 2 centimes.

Vite, vite : on en veut plus !

Une dizaine de supermarchés bretons ont mis en place des collecteurs de bouteilles plastiques, cette nouvelle est excellente, toutes les parties prenantes sont conquises : il n’y a plus qu’à accélérer le mouvement !

Crédits photos : Réco France

La pyrale aussi en Suisse.

Biodiversité

Rien n’arrête la pyrale du buis

Arrivée en 2010 en Suisse, cette chenille détruit tous les buis sur son passage. Aucune mesure ne fait aujourd’hui le poids face à cette invasion qui va s’amplifier avec la ponte des prochains jours

Petite chenille asiatique cherche nid douillet avec vue sur l’Europe… Depuis 2010, la pyrale du buis, Cydalima perspectalis, a élu domicile dans les buis de Suisse romande et de la région. Ses dégâts sont de plus en plus importants. «J’en ai vu dans les buis à côté de chez moi. En une semaine, ils n’avaient plus aucune feuille! C’est une horreur!» raconte Catherine, qui habite à côté d’Annecy.

Ce voisin gênant se déplace avec sa colonie de plusieurs milliers d’individus. Avec à chaque fois le même scénario: les jeunes chenilles vertes à tête noire se nourrissent des feuilles de l’arbre et le rongent jusqu’à l’écorce. L’arbre mort, elles passent à la haie suivante. Et ainsi de suite.

Les jeunes chenilles vertes se nourrissent des feuilles de buis, avant de ronger l’arbre jusqu’à l’écorce.
© Creative Commons
Longue de 3 à 4 cm, la pyrale dévaste les buis entretenus comme sauvages. Ulysse Merat

Devenus adultes, ces papillons nocturnes blanc et marron volent en nuées autour des lampadaires ou se collent aux vitres des maisons, attirés par la lumière. La pyrale n’a que quinze jours de vie pour se reproduire et pondre jusqu’à 1200 œufs. Une nouvelle génération de chenilles éclôt en juin et ainsi de suite… Ce sont trois générations qui s’enchaînent jusqu’au début de l’automne. La prochaine est attendue en août.

La pyrale du buis est un papillon nocturne qui se déplace en colonies de milliers d’individus. Christophe Quintin

Dans les jardins comme en milieu naturel, aucun buis n’est épargné. «C’est une invasion biologique. C’est comme un feu de brousse, ça brûle tout sur son passage», confirme Olivier Baubet, chef du pôle Santé des forêts de la Direction régionale française de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF) pour l’Auvergne et Rhône-Alpes.

https://www.letemps.ch/sciences/2017/07/27/rien-narrete-pyrale-buis