Ca bouge chez les autres ( des voisins), désormais producteurs d’électricité

A mi-chemin entre une installation individuelle et une grande centrale au sol, un « parc solaire citoyen » permet de produire de l’énergie à l’échelle d’une communauté locale :

  • Il naît d’un projet collectif : des habitants mettent en commun leur épargne pour créer une coopérative  et gérer ensemble un investissement raisonnable (300 000 €).
  • Il occupe un espace restreint (moins d’un hectare) et valorise un espace sans concurrencer d’autres activités, agricole par exemple.
  • Sa puissance limitée (250 kWc) facilite les démarches administratives (simple autorisation de travaux) et permet de faire travailler des artisans locaux.
  • Il participe à l’effort international pour augmenter la part des énergies renouvelables. Il contribue, avec la sobriété et l’efficacité énergétique, à contenir le dérèglement climatique.

En s’inspirant de plusieurs expériences, notamment dans le Gard et l’Aude, CéléWatt propose de créer progressivement une grappe de parcs solaires le long de la vallée du Célé et sur les Causses du Quercy environnants.

Publicités

Méthanisateur individuel

Un méthaniseur domestique pour transformer ses déchets en électricité (batiactu)

Le 18 octobre 2016

Grégoire Noble, le 17/10/2016

Plutôt que d’envoyer ses déchets organiques à la décharge, une entreprise française propose aux ménages de les transformer en électricité grâce à un méthaniseur domestique. L’appareil, installé dans le jardin, produit du biogaz ainsi qu’un digestat susceptible de servir d’engrais. Explications avec Denis Leturgie, le concepteur du système.

 

http://www.d58.ffbatiment.fr/federation-batiment-travaux-publics-nievre/vous-informer/actualite/un-methaniseur-domestique-pour-transformer-ses-dechets-en-electricite-batiactu.html

Pesticides enfin bannis par de nombreuses communes, avec succès….

C’est donc bien possible.

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/2016/05/06/auvergne-ces-156-communes-qui-disent-non-aux-pesticides-carte_11901283.html

En Île-de-France, de plus en plus de communes optent pour des espaces verts « zéro pesticide »

En finir avec les pesticides dans les espaces publics. C’est l’objectif affiché par des communes en Île-de-France. Ce revirement commence à faire tâche d’huile, anticipant une prochaine interdiction réglementaire. Végétalisation des cimetières, diversification des espèces plantées, méthodes alternatives de désherbage et de lutte contre les espèces invasives ou nuisibles… Autant d’alternatives pour protéger la santé des citoyens, réduire la pollution des sols et des nappes phréatiques. Pour le plus grand (…)

http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/05/13/du-roundup-dans-l-urine-parlementaire_4919434_3244.html

Tremplin pour les Énergies Citoyennes – s’approprier la gestion de l’énergie

Une nouvelle rencontre débat est organisé par Quercy Blanc Environnement au sujet des énergies citoyennes.

Produire local et consommer avec modération, telle pourrait le slogan de la transition énergétique de surcroit citoyenne.

N’attendons pas que cela vienne, soyons acteurs.

QBE 21 mai 2016 210X297

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QBE 21 mai 2016 297X420

Une transition vers 100% d’énergies renouvelables créerait des millions d’emplois

http://www.leparisien.fr/environnement/une-transition-vers-100-d-energies-renouvelables-creerait-des-millions-d-emplois-21-09-2015-5113239.php

Une transition vers 100% d’énergies renouvelables créerait des millions d’emplois

21 Sept. 2015, 14h45 | MAJ : 21 Sept. 2015, 17h13

Des ouvriers installent des panneaux solaires sur le toit d'un immeuble, à Shangrao, en Chine, le 27 avril 2013. Des ouvriers installent des panneaux solaires sur le toit d’un immeuble, à Shangrao, en Chine, le 27 avril 2013. AFP / ZHUO ZHONGWEI

Renoncer totalement aux énergies fossiles d’ici à 2050 au profit des énergies renouvelables créerait des millions d’emplois dans le monde. La transition vers les énergies renouvelables serait même largement compétitive en termes de coûts, affirme Greenpeace dans son rapport publié ce lundi 21 septembre.

Les industries solaire et éolienne arrivées à maturité

«L’investissement nécessaire» pour parvenir à 100% d’énergies renouvelables «est plus que couvert par les économies futures», écrit l’ONG dans ce document réalisé avec le Centre aérospatial allemand. Le scénario imaginé prévoit l’abandon le plus rapidement possible du charbon, du pétrole, du gaz et du nucléaire pour parvenir à 100% d’énergies renouvelables en 2050. Cette transition nécessiterait des investissements de 1 400 milliards d’euros par an d’ici là.

«Les industries solaire et éolienne sont arrivées à maturité et sont compétitives avec le charbon en termes de coût. Il est très probable qu’elles dépasseront l’industrie du charbon en termes d’emplois et de fourniture d’énergie dans la décennie à venir », estime le principal auteur du rapport, Sven Teske de Greenpeace.

Actuellement, environ 80% de l’énergie produite dans le monde provient de combustibles fossiles.

energie

A court terme, les technologies nécessaires pour les énergies renouvelables «augmentent légèrement le coût de la production d’électricité», relève le texte. Mais dans quelques pays, comme la Chine et l’Inde, ce scénario est économique dès le départ et constituerait d’ici à 2020 un «meilleur marché que les sources d’énergie conventionnelles», affirme Sven Teske.

D’autant plus que le prix des énergies conventionnelles (charbon, gaz, pétrole…) augmentent. Le coût des renouvelables sera donc «économiquement favorable dans toutes les régions du monde d’ici à 2030», affirme le rapport.

Plus de 9,5 millions de personnes dans l’énergie solaire

Selon ses auteurs, le passage à 100% d’énergies renouvelables aboutira à la création de millions d’emplois. D’ici à 2030, le secteur de l’énergie solaire, par exemple, «pourrait employer autant de personnes que l’industrie du charbon aujourd’hui, plus de 9,5 millions».

Selon le rapport, toujours d’ici à 2030, le nombre d’«emplois dans le secteur éolien sera multiplié par dix, passant de 700 000 actuellement à plus de 7,8 millions – deux fois plus que dans les industries du pétrole et du gaz combinées».

L’accord espéré à la conférence de Paris sur le climat à la fin de l’année «doit donner une vision à long terme pour éliminer le charbon, le pétrole, le gaz et l’énergie nucléaire d’ici au milieu du siècle, pour atteindre l’objectif de 100% de renouvelables, avec une énergie accessible à tous», a résumé le directeur exécutif international de Greenpeace, Kumi Naidoo.

Plaidoyer pour la sauvegarde des chemins ruraux et communaux

Chemin-Mascayrolles

La vue sur Montcuq au sommet du chemin de Mascayrolles

Ils sont les premiers moyens de communication et d’échanges, créés et entretenus  pendant des siècles par des gens, dont les descendants ont continué à vivre ici, dans une époque, finalement pas très lointaine!. Ils nous en disent long sur leurs  priorités, leurs habitudes, leurs coutumes, leurs déplacements. Ils sont les témoins de leur histoire.

Depuis plusieurs décennies, certains ont été abandonnés à cause de la modernisation de l’ agriculture, mais ils existent sur les plans cadastraux et on peu suivre leurs traces sur le terrain.

Ils doivent être conservés dans leur continuité. La vente d’une portion de chemin, sans un échange  pour créer un contournement où un autre tracé, revient à supprimer carrément son existence.

Longtemps délaissés, ils vont trouver de nos jours une nouvelle utilité grâce au développement des loisirs de randonnée. La fréquentation du GR 65 est en augmentation, et la demande de création de nouveaux circuits de randonnée pour satisfaire les marcheurs locaux ou les visiteurs, est chaque année plus importante. La randonnée est la première demande de loisirs qu’une clientèle touristique, et locale portée par un besoin d’authenticité, et, soucieuse de sa qualité de vie, de sa santé, fait dans les Offices du Tourisme.

Le besoin d’immersion dans la nature, éprouvé par nos contemporains, permet d’ores et déjà, la création d’activités économiques nouvelles qui apportent un appoint intéressant à l’agriculture traditionnelle: gites ruraux, gites d’étapes, chambres d’hôtes, camping à la ferme, fermes auberges, marchés fermiers ou dominical avec vente de produits issus de l’agriculture de proximité, etc…..

La densité des chemins de randonnée structure notre paysage, valorise une beauté que l’on dit « exceptionnelle ». Ces chemins, empruntés par les piétons, les chevaux, les deux roues, donnent libre accès à notre patrimoine naturel: vallées et cours d’eau, points de vue, forêts, flore et faune, etc… à notre patrimoine historique: chapelles, caselles, gariotes, murets de pierre sèche, fontaines , lavoirs, etc…. et à notre patrimoine bâti.

Cette richesse patrimoniale et culturelle, nous avons le devoir de la conserver, afin de la transmettre aux générations futures.

Marie-Thérèse Clément