Plaidoyer pour la sauvegarde des chemins ruraux et communaux

Chemin-Mascayrolles

La vue sur Montcuq au sommet du chemin de Mascayrolles

Ils sont les premiers moyens de communication et d’échanges, créés et entretenus  pendant des siècles par des gens, dont les descendants ont continué à vivre ici, dans une époque, finalement pas très lointaine!. Ils nous en disent long sur leurs  priorités, leurs habitudes, leurs coutumes, leurs déplacements. Ils sont les témoins de leur histoire.

Depuis plusieurs décennies, certains ont été abandonnés à cause de la modernisation de l’ agriculture, mais ils existent sur les plans cadastraux et on peu suivre leurs traces sur le terrain.

Ils doivent être conservés dans leur continuité. La vente d’une portion de chemin, sans un échange  pour créer un contournement où un autre tracé, revient à supprimer carrément son existence.

Longtemps délaissés, ils vont trouver de nos jours une nouvelle utilité grâce au développement des loisirs de randonnée. La fréquentation du GR 65 est en augmentation, et la demande de création de nouveaux circuits de randonnée pour satisfaire les marcheurs locaux ou les visiteurs, est chaque année plus importante. La randonnée est la première demande de loisirs qu’une clientèle touristique, et locale portée par un besoin d’authenticité, et, soucieuse de sa qualité de vie, de sa santé, fait dans les Offices du Tourisme.

Le besoin d’immersion dans la nature, éprouvé par nos contemporains, permet d’ores et déjà, la création d’activités économiques nouvelles qui apportent un appoint intéressant à l’agriculture traditionnelle: gites ruraux, gites d’étapes, chambres d’hôtes, camping à la ferme, fermes auberges, marchés fermiers ou dominical avec vente de produits issus de l’agriculture de proximité, etc…..

La densité des chemins de randonnée structure notre paysage, valorise une beauté que l’on dit « exceptionnelle ». Ces chemins, empruntés par les piétons, les chevaux, les deux roues, donnent libre accès à notre patrimoine naturel: vallées et cours d’eau, points de vue, forêts, flore et faune, etc… à notre patrimoine historique: chapelles, caselles, gariotes, murets de pierre sèche, fontaines , lavoirs, etc…. et à notre patrimoine bâti.

Cette richesse patrimoniale et culturelle, nous avons le devoir de la conserver, afin de la transmettre aux générations futures.

Marie-Thérèse Clément

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s